Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 août 2015 4 06 /08 /août /2015 13:14

Maxime, Roger, nicolas et ? du GRSPoligny.

Manu,

Max. m’invite à l’aider au portage dans la grotte touristique de Baumes les Messieurs.

Sous l’oeil amusé des touristes, nous pénétrons dans la cavité.

Je me charge de rééquiper quelques cordes à nœuds et main courante pour faciliter la progression vers le siphon...

Maxime veut reprendre la topo de ce premier siphon de 350m ...

Il plonge en recycleur KISS.

Malheureusement, de nombreux fils encombrent la progression et il ressort rapidement.

Il change d’objectif et réalise le nettoyage sur plus de 200m, après plus d’une heure passée sous l’eau... pendant que nous (porteurs) sommes ressortis boire une binouze.

La turbidité et le froid (il plonge en humide) l’auront arrêté à l’entrée du laminoir peu engageant. Fred, nous sommes conviés à continuer les explorations, des escalades nous attendent post S4...

Manu.

Repost 0
Published by GSD - dans Plongée
commenter cet article
24 mai 2015 7 24 /05 /mai /2015 16:13

Objectif : Récupérer mon bobinot abandonné la dernière fois.
La plongée précédente j'avais du me contraindre à abandonner mon bobinot dans un passage étroit sans visibilité avec un congélateur dans le dos puisque je plongeais en double recycleur.
Cette fois j'ai choisi un option plus light puisque je partirai en ouvert. Romain me dépose un bloc de sécurité à 6 mètres en vue des paliers et je franchis la voûte avec deux blocs de 9 litres et deux de 7 litres.
J'abandonne mon premier relais en lui laissant une marge de sécurité avantageuse. Arrivé sur les lieux du "sinistre" une belle toile d'araignée m'attend des restes de vieux fils et le mien tout blanc dévidé au bout duquel m'attend ma bobine avec encore 80 de fil ! Lentement et de façon ordonnée je commence le démêlage. Je m'occupe d'abord du vieux fil en fait une pelote et la coince dans un élastique. Pour être plus à l'aise et pour laisser l'eau s'éclaircir je reviens sur mes pas et dépose mon second relais.
Le courant m'aide un peu et après une ou deux minutes la visi redevient correcte et je peux m'attaquer à la récupération de ma bobine. C'est à tâtons et grâce au fil détendu que je la retrouve. Tranquillement je reviens sur mes pas et attends que la visibilité s'améliore pour rembobiner le fil. Une fois tout en ordre je décide de franchir la zone boueuse sur le fil toujours en place. Je comprends très vite que je suis dans ce que Jef avait appelé le boyau merdique, il disait "le franchir au retour est un cauchemar ", je confirme sauf que la dernière fois j'avais en plus une armoire sur le dos !
Finalement, je trouve le bon passage, je vais y faire un tour mais cela commence à faire un bout de temps que je suis à -25 et je dois rentrer.
Dans le puits je m'aperçois que Romain a réalisé une belle réparation sur le fil, me voilà dans la vasque pour mes 20 minutes de paliers.
La suite à la prochaine séance.

Repost 0
Published by GSD - dans Plongée
commenter cet article
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 07:12

Objectif : Continuer l'exploration.
Les niveaux sont bas et le siphon est partiellement désiphonné, phénomène surement accentué par les captages dans le réseau.
Je peux donc parcourir à l'air libre la galerie sur presque 20 mètres, puis la voute se baisse et il est obligatoire de plonger. Je suis mon fil arrive rapidement au terminus, raboute et commence l'explo, pour me diriger je cherche une paroi et suis généralement le profil d'érosion en margelle qui m'indique la direction. autant que possible je reste au sol si ce dernier est constitué de roche et m'élève dès que je perçois des sédiments. J'ai du mal à percevoir les dimensions de la galerie, mais au final cela n'est pas très étroit même si je bute dans la voûte à quelques reprises.
Au bout de 60 mètres d'explo j'émerge dans la vasque amont du siphon du fait des niveaux bas car sinon le réseau serait tout noyé. Je parcours 15 mètres en nageant, rampant pour finalement quitter le matos. Une cheminée remonte mais lampes de plongée me permettent de voir que cette dernière est colmatée. En revanche dans la continuation une belle vasque annonce le départ du S2 que je me réserve pour la prochaine fois.
Au total 100 de première qui se rajoute aux 45 déjà réalisés.
La cavité se décompose ainsi : 10 mètres de galerie basse mène au S1 à longueur variable de 100 à 135 m. Prof max -3 mètres. puis, soit un lac de 20 et talus argileux de 5 mètres soit sortie siphon et talus de 5m.

Repost 0
Published by GSD - dans Plongée
commenter cet article
2 mai 2015 6 02 /05 /mai /2015 05:56

Ce WE du 1° mai, au bord du Tarn en Lozère, le camping de Castelbouc accueille une centaine de copin(e)s venu(e)s fêter les 20 ans de la société Cévennes Evasion.

Le programme est familial : balades, VTT, canoë, spéléo, traversée souterraine et tyrolienne etc...

Dès le vendredi soir la bière locale coule à flots...

Samedi 2 mai 14h30 : Laurent Chalvet et moi-même partons explorer en bi4l la grotte de castelbouc. On s’équipe au camping, on traverse le Tarn par le pont submersible, et on remonte le torrent qui débite un bon mètre cube d’eau fraiche et cristalline. Deux petits ressauts nous invitent à entrer sous le porche majestueux. Là, deux cordes arrivant du plafond déposent les jeunes aventuriers au départ d’une tyrolienne les ramenant au camping ...

Nous, nous avançons dans la rivière, puis la galerie basse d’entrée (pourtant sèche à l’étiage) est noyée ! J’équipe alors d’un beau fil blanc ce superbe siphon temporaire (25 m, -3), et nous débouchons à l’aplomb d’une cheminée de quinze mètres, qu’une corde en fixe nous permet de remonter aux bloqueurs... là je transpire les bières de l’aube... les blocs et les plombs me freinent vraiment !!! Quelques dizaines de mètres et plusieurs ressauts en escalade m’achèvent au bord d’un deuxième siphon... Laurent part devant, il y a un gros boulot de réparation du fil d’ariane, Je le suis , mais je ne tarde pas trop à faire demi-tour, la profondeur augmentant ...

Malgré ses 300 bars au départ (220 pour moi) il ne poussera pas trop non plus, car à -14 m, les aiguilles des manos descendent aussi un peu plus vite !

La partie exondée finit de me « sécher », au point de mettre mon descendeur sur mon harnais de lestage, et pas sur mon cuissard ... Eh bien, a part l’inconfort de la ceinture sous les aisselles et le descendeur sur le museau, les coutures maison tiennent, même lourdement chargé !

Après 3H TPST, enfin de retour au « bar des évadés », car, la déshydratation sportive, c’est terrible !

A+ Manu

Repost 0
Published by GSD - dans Plongée
commenter cet article

Actualités

Merci Nicolas pour les banderoles GSD et pour notre bannière.